On entend beaucoup parler de « la vente sociale » , comme si c’était une idée révolutionnaire… mais croyez-vous que la vente aie jamais pu se passer du volet social ? Un vendeur discute, parle, échange, et cela depuis la nuit des temps !  Les médias sociaux n’ont pas fondamentalement changé le jeu, mais en tout cas ils ont certainement amplifié et connecté la vente d’une manière que nous n’aurions pu l’imaginer.

Les réseaux sociaux offrent une portée plus large et donnent d’avantage de pouvoir même au plus petit des commerces et ouvrent une voie royale pour les responsables marketing et commerciaux pour être connectés à leur base client en tant qu’individus, à un niveau directement personnel.

Alors que signifie le terme de « vente sociale » ? Il englobe à la fois la recherche et l’interaction qui se passe en ligne au moment du processus de vente. En effet, les vendeurs peuvent utiliser les réseaux sociaux pour la recherche d’informations cruciales sur les tendances et évolutions du marché comme sur leurs concurrents de manière à déceler des opportunités. Ils peuvent également trouver des informations sur leurs acheteurs potentiels qui seraient difficiles à trouver ailleurs : par exemple, connaître leurs goûts comme leurs aversions, ce qu’ils lisent et partagent et qui en disent long sur leur comportement.

En connaissant d’avantage leur cible, les vendeurs ont plus de facilité pour entamer la conversation avec les individus qui la compose. Et il est crucial de bâtir une relation de confiance avec les prospects pour les emmener vers une décision d’achat.

Plus on est proche des gens, plus on peut les sensibiliser à la marque, répondre à leurs questions et anticiper le moment où l’on peut conclure l’affaire : la vente sociale n’est rien de plus qu’un moyen élargi de rencontrer les gens.

Quelques chiffres, fournis par Forbes, expriment bien cette tendance :

  • 78,6% des commerciaux qui ont utilisé les réseaux sociaux pour vendre ont eu de meilleures performances que ceux qui ne les ont pas utilisé.
  • Cela coûte 75% de moins pour générer des prospects sur les médias sociaux que sur les autres canaux.